Et maintenant, l’inflation ?

Après le début de reprise économique sans gloire de l’année 2010, obtenu par une intervention et un endettement massif des Etats, les dernières semaines laissent penser que la crise de la dette publique est aujourd’hui ouverte. Si celle-ci se confirme, l’unique solution pour les possédants consistera à financer la dette publique par émission monétaire et à recourir à l’inflation.

La crise de la dette grecque semblait avoir été solutionnée le 21 juillet 2011 grâce à un accord essentiel des 17 pays de la zone Euro. Un nouveau plan d’aide de 160 milliards d’euros a été décidé, avec, pour la première fois, une contribution de 37 milliards de la part du secteur financier. De même, aux Etats-Unis, le 1er août, républicains et démocrates ont trouvé un accord in extremis pour éviter le défaut de paiement. Grâce au relèvement du plafond de la dette, les Etats-Unis peuvent à nouveau emprunter sur les marchés financiers et les salaires des fonctionnaires de la première économie sur monde pourront être honorés. Dans les deux cas, la catastrophe semblait avoir été évitée et pourtant rien n’y fait : depuis deux semaines, les indices boursiers sont à l’agonie. En deux semaines, l’Euro Stoxx 50 et le Dow Jones enregistreront 10 séances consécutives de baisse avec des replis respectifs de 14,33% et 9,75%. Pire, après ces dix séances, l’agence de notation Standard & Poors annonce la fin de la notation AAA des emprunts américains. La grande crise de la dette publique serait-elle en train de commencer ? Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Fralib : emploi et réappropriation autogestionnaire

Article publié dans Rouge et Vert n° 328 – 6 juillet 2011

Un conflit oppose les salarié-e-s Fralib de Gémenos (13) au groupe Unilever. Menacé-e-s par la fermeture de leur unité de production, ceux-ci développent un projet de reprise alternative dont la finalité serait la renaissance locale d’une filière de production respectueuse des individus et du milieu naturel.

Nous étions une délégation de trois Alternatifs à rendre visite aux salariés de Fralib en lutte pour la sauvegarde de l’emploi ce jeudi 23 juin. Au premier abord, une usine occupée par ses travailleurs avec de nombreux tags « Non à la fermeture, Fralib vivra » « Llovera, casse-toi en Pologne » (Llovera est le directeur actuel de l’usine) et des drapeaux de la CGT. Pourtant, la réalité est différente : disons qu’il se dégage un parfum de double pouvoir. Le directeur de l’usine est toujours présent et la production tourne au ralenti entre 10 et 15% de ses capacités du seul fait du management. De leur côté, les salariés n’ont pas l’intention de lâcher prise et affichent clairement leur présence et leur volonté de préserver les emplois.

Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Aéroport, un plan béton

Article publié dans Regards n° 11 – juin 2011

Le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, porté par les pouvoirs publics et Vinci, fait polémique. Ses opposants dénoncent un projet inutile, couteux et qui détruira les terres cultivables.

Sur un fond musical couvrant le bruit des réacteurs, un avion atterrit au milieu du bocage nantais. La nouvelle piste apparaît et se déroule sous nos yeux. Une fois visualisé l’aérogare, une liaison tram-train serpente à travers la campagne. Un parking planté d’arbres, un hall lumineux avec des guichets verts, la salle d’embarquement, un avion à quai… Sortie du hall en mode passe-muraille, puis vue panoramique sur le bâtiment et son toit vert (végétalisé ou photovoltaïque ?). Nouvelle vue aérienne sur la campagne et soudain une liaison TGV apparaît comme une promesse pour 2025 et enfin une vision de ce que sera l’aéroport en 2065. Voilà le film de promotion du projet Notre-Dame des Landes réalisé par Vinci et placé en première page du site web du Syndicat mixte d’études de l’aéroport du Grand Ouest.

Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Acheter, un projet à haut risque

Article publié dans Regards n° 7 – février 2011

Acheter sa résidence principale est le type même du conseil « bon père de famille » donné à un jeune entrant dans la vie. Pourtant, le financement d’un bien immobilier est plus périlleux qu’il n’y paraît.

Plutôt que de dépenser de l’argent à perte dans des locations, en faisant les affaires d’un bailleur privé, n’est-il pas plus sage d’acheter son logement et de le financer sur quelques années ? Une fois l’emprunt remboursé, l’heureux propriétaire n’aura plus à dépenser pour se loger et aura la garantie de « disposer d’un toit ».

Continuer la lecture

Publié dans Débats | Marqué avec | Laisser un commentaire

Hongrie et régimes de retraites : Malgré les apparences, des législations très clairement réactionnaires

Confronté à une spéculation sur sa monnaie et sommé de réduire brutalement un déficit public jugé excessif par la Commission européenne, le gouvernement de droite musclée de Viktor Orban a annoncé une réforme des retraites qui mettrait de facto fin aux retraites par capitalisation en Hongrie. On pourrait de prime abord penser qu’il s’agit d’une bonne nouvelle pour les salariés de ce pays qui ont vu les avoirs de leurs fonds de pension baisser fortement en 2007 et 2008. On pourrait aussi voir cette réforme comme une saine résistance à la financiarisation de l’économie. La réalité est hélas toute autre : en apportant la réponse d’une droite nationaliste qui spolie ouvertement les travailleurs hongrois, le gouvernement Orban ne fait que se plier d’une autre façon aux diktats des marchés et servir les intérêt de sa petite bourgeoisie nationale.

Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Mondragon, 55 000 travailleurs dirigent leur entreprise

Article publié dans Regards n°6 – janvier 2011

En Espagne, un groupe de 120 coopératives s’inscrit dans la durée et affiche une belle croissance. À méditer au moment où l’on questionne l’utilité sociale des actionnaires et des banques. Mondragón tente de maintenir un modèle alternatif. Difficile toutefois d’échapper au système dominant.

Quelques 80 kilomètres après la frontière, sur l’autoroute de Vitoria-Gasteiz, capitale du Pays basque autonome, la signalétique indique la sortie Mondragón-Arrasate. Au premier abord, cette cité ressemble à s’y méprendre à bien d’autres villes de la région avec son centre historique étouffé par les immeubles d’habitation. La forte présence de l’ikuriña, le drapeau national basque, et de grandes peintures murales ne laissent aucun doute sur la couleur politique dominante. L’activité économique débordante de cette vallée saute aux yeux : de nombreuses usines, des centres de recherche et, sur les hauteurs de la ville, l’Université et quelques sièges sociaux : nous sommes dans la ville d’origine de Mondragón Corporación, un groupe coopératif réunissant environ 85 000 travailleurs. Continuer la lecture

Publié dans Expériences | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Subprime indien

Brève publiée dans Regards n°6 – janvier 2011

Présenté en Inde comme le « héraut des pauvres », Vikram Akula vient de coter sa société SKS Microfinance en bourse et a empoché la bagatelle de 9 millions d’euros. On nous vantait pourtant les vertus de la microfinance : elle accordait des prêts à des individus ignorés du secteur bancaire pour leur permettre de pratiquer une activité économique. Cela reste cependant du prêt à intérêts, d’où l’attrait de la microfinance pour des investisseurs avertis, le tout sous couvert d’éthique. Ce secteur est devenu tellement florissant qu’il a débordé doucement sur des prêts à la consommation avec des taux annuels de l’ordre de 25%. Du coup, le gouvernement de l’Andhra Pradesh a pris une mesure autorisant indirectement le défaut de certains emprunteurs et menaçant l’ensemble de la filière… au bénéfice des usuriers informels, qui eux, travaillent avec des taux de 100%…

Publié dans Actualités | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le riche n’est pas l’avenir de l’homme

Article publié dans Regards n°5 – décembre 2010

Présentés comme investisseurs et créateurs d’emplois, les riches se protègent contre toute idée de redistribution. Au-delà de la déconstruction de ce mythe, ne faut-il pas questionner leur utilité-même ?

À quoi servent les riches ? Une drôle de question qui n’aurait peut-être pas résonné avec autant de pertinence au début du quinquennat. Le riche est alors une figure triomphante et le candidat Sarkozy fait une sacrée promesse : levez-vous tôt, et vous avez quelques chances d’en être. Une fois élu, on connaît l’histoire. Sarkozy envoie des signes politiques très clairs : on peut choisir ses copains chez les patrons du CAC 40, bouffer au Fouquet’s, avoir une montre à 20 Smic… et être un élu du peuple. Ça ne te plaît pas ? « Casse toi pauv’ con ». Mais voilà, la machine à produire du rêve a surtout produit de la frustration. Continuer la lecture

Publié dans Débats | Marqué avec | Laisser un commentaire

Rencontre Auto.Mobil.Crisis Stuttgart 29 et 30 octobre 2010

Article publié dans Rouge&Vert n° 316 du 7 décembre 2010

Organisée par l’Institut Rosa Luxemburg et le Groupe parlementaire Die Linke, cette rencontre avait pour objectif de débattre de la crise du secteur automobile, de questionner cette industrie au regard des enjeux de l’écologie en permettant la rencontre de syndicalistes du secteur et d’organisations écologistes.

Continuer la lecture

Publié dans Débats | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Mondragón, des dizaines de milliers de travailleurs qui dirigent et coordonnent leurs entreprises : ça marche !

Le groupe Mondragón Corporacíon, basé au Pays basque, est une organisation unique au monde. Composé d’environ 120 coopératives dirigées par leurs travailleurs et coordonné par une direction démocratiquement élue, ce groupe a connu une progression insolente depuis sa création dans les années 50. En l’espace de 10 ans, ce groupe coopératif a quasiment doublé le nombre de ses travailleurs, passant de 42 861 en 1999 à 85 066 en 2009.

Pour autant, il est sujet à de nombreuses controverses. Pour certains, critiques de la coopération en tant que telle, cette expérience n’est jamais qu’une « success story » entrepreneuriale. Pour d’autres, il s’agit d’une expérience coopérative, certes intéressante, mais qui se serait largement éloignée des idéaux du mouvement au point de se comporter comme un vulgaire employeur capitaliste à l’égard des nombreux salariés non-coopérateurs. Pour d’autres enfin, Mondragón Corporacíon est un groupe industriel et financier, parmi d’autres, évoluant dans la logique productiviste de la mondialisation néolibérale.

Si ces façons de voir peuvent se défendre sur biens des aspects et quelle que soit l’évolution future de ce groupe coopératif, il n’en reste pas moins vrai que Mondragón Corporacíon est la preuve vivante que, contrairement aux idées reçues, les travailleurs sont largement capables de diriger leur entreprise et de coordonner leur production.

Continuer la lecture

Publié dans Expériences | Marqué avec , , | Laisser un commentaire